Novembre 2019

Depuis que je vais au Maroc avec mes étudiants, je suis fasciné par le peuple berbère et par les montagnes qui les abritent: l’Atlas! J’en ai parlé plusieurs fois depuis 2 ou 3 ans avec Brahim, le patron d’Amethyste Aventure qui s’occupe de tous les déplacements de notre groupe de podo-orthésistes, et voilà, c’est fait , la découverte de l’Atlas s’ouvre enfin à nous! Nous allons faire environ 70% de pistes et un 4×4 7 places est nécessaire. Nous voilà partis, Simone, Marcel, Chantal, Evelyne et moi…

Mardi 5 novembre 2019 :

Après une nuit chez Jean Paul, départ à Marrakech!

Nous voici arrivés à l’heure prévue : 12h15! Après une bonne heure pour récupérer nos valises, changer quelques euros en dirhams, nous rencontrons Youssef qui sera notre chauffeur! Vers 14h30 nous sommes à l’auberge de jeunesse pour poser les valises, puis direction la gare routière derriere le souk , mais pas celui des touristes, celui des marocains! nous traversons dans le bruit des mobylettes, leur odeur se mélangeant à tous les fumets locaux! Enfin nous trouvons un petit restau avec juste 5 places libres sur les 12 places de l’établissement!! un couscous , une brochette, des tajines aux légumes nous ont redonné des forces pour continuer jusqu’à la maison de la photographie qui présente de nombreuses images datant du début du XXe siecle jusqu’aux années 60 du Maroc et surtout des marocains quasi ethnographiques,  et nous avons eu un superbe petit cadeau: le coucher de soleil sur la médina de la terrasse ! Retour ensuite dans le souk , une bonne soupe harira qui rechauffe le coeur, et la traversée de la place Jemaa el Fna pour retrouver Youssef qui nous a ramené à l’auberge! petits papotages dans le salon, puis les hommes dans leur chambre et les femmes dans la leur, et tous dodo!!! A demain si vous le voulez bien!!!

Mercredi 6 novembre :

Départ à l’heure mais un oubli de ma part nous fait perdre 1h , je sens qu’on va me le servir quelques années!! Nous prenons la route jusqu’à Demnate dans la plaine de Ouarzazate. Une rencontre fortuite à l’initiative de Youssef notre chauffeur nous permet de visiter un artisan presseur d’huile qui est aussi prof SVT avec qui nous avons passé un excellent moment, gouté son huile et partagé un thé à la menthe ou whisky berbère. Ensuite, nous attaquons la montagne de plus en plus belle et avant de manger nous descendons sous le pont naturel de Imi n’Ifri pour ressortir de l’autre coté en se tapant 218 marches, une petite ballade magnifique! Nous mangeons un bon tajine et repartons dans la montagne pour decouvrir de col en col un somptueux paysage! Brahim nous a réservé un gite de classe la nuit sera douce!!!

Jeudi 7 novembre :

Un petit déjeuner plus que copieux nous attend ce matin ! les crèpes se succèdent avec les confitures et nous partons dans la fraicheur matinale. Une question fondamentale se pose : soyons npous raisonnables  en passant par Ait Mhammed ou préférons nous l’aventure par la piste menant à la cathédrale de pierre ? Raisonnables ? Pour quoi faire ?? Nous partons par Zaouia Ahanesal par une route mi piste mi goudron. La route s’élève rapidement jusqu’à près de 2800m dans des paysages plus somptueux les uns que les autres. Nous redescendons en bas à près de 2000 m pour remonter ensuite dans les hauteurs, la piste traverse des forets magnifiquement colorées jusqu’à la Cathédrale de pierre. Nous prenons le repas à Tilougguite, repas à près de 6.50€ pour le groupe ! La descente sur le lac  de Bin-el-Ouidane nous remplit les yeux… Nous choisissons de ne pas monter jusqu’à Naour car nos informateurs nous parlent de l’absence de gites dans cette vallée et préférons faire étape à Taguelft ou dans une rue pas très engageante nous découvrons un gite fort sympathique d’une propreté rigoureuse (d’après Simone !) D’ un abord quelque peu sévère, notre hôtesse est une femme très serviable et agréable qui nous prépare  un couscous délicieux ! Pendant la préparation du couscous et la douche à peine tiède des Mazen, les 3 autres vont marcher un peu jusqu’au bout de village pour découvrir des espèces de dômes avec une armature en osier recouverte de pisé qui en fait se trouve être une douche berbère chauffée au bois par-dessous ! Les habitants voyant notre curiosité nous proposent de rentrer chez eux pour voir ça de plus près ! Ils nous ont invités à partager un thé à la menthe mais nous n’avons pas voulu abandonner nos Mazen qui nous attendaient !

Vendredi 8 novembre :

Un ami de Youssef nous a donné quelques infos sur une route qui coupait à travers l’Atlas vers Imilchil sans passer par Naour. Rentrer au cœur de l’Atlas ? Mais avec grand plaisir ! Le choix se révèle être fantastique ! Nous montons d’une vallée à l’autre chacune ayant sa propre caractéristique géologique qui fait qu’aucune ne ressemble à l’autre. Ces successions de merveilles s’enchainent en nous laissant à chaque tournant sous le charme total de ce pays. Nous y découvrons une population nombreuse de bergers gardant chevres, moutons, parfois la rencontre d’une vallée et d’un ruisseau crée un véritable oasis de verdure abritant des vergers et cultures luxuriantes à plus de 2500m d’altitude. Ici l’ane et la mule ont « remplacé » le tracteur ! la croto-culture a remplacé la motoculture ! Nous mangeons à Imilchil et une petite route étroite nous emmène à Agoudal. A partir de là, c’est la piste de 60km qui nous attend et nous montons successivement en enchainant les cols qui nous emmènent à 2897m d’altitude ! Nous dominons les gorges du Dadès dont nous ne voyons meme pas le fond ! de petits villages se confondent avec la roche grandiose, le pâysage est arride, l’érosion a fait un travail époustouflant, et Youssef mène de main de maître la voiture au bord de ravins impressionnants sur une piste étroite et cabossée. Après ce circuit de merveilles, nous arrivons enfin chez Lahcen ou un couscous nous attend après un thé de bienvenue ainsi que le sourire espiègle de Ouassima !

Samedi 9 novembre :

Réveil tranquille chez Lahcen qui en fait est absent, Said son frère s’occupe de nous dès son réveil! La bonne nouvelle c’est que c’est le jour du souk à M’Semrir, nous partons donc au souk qui est très loin d’être un souk à touristes. Les brochettes accompagnées de riz et d’une salade marocaine nous attendent à notre retour pour midi. Pas trop de voiture aujourd’hui, nous chaussons nos chaussures de marche, affutons les batons et nous voilà partis pour rejoindre le barrage au dessus du village. la montée nous envoie de 2000m à 2380m après une bonne grimpette et encore devant un paysage somptueux. Le début de la redescente est un peu plus angoissant au début, nous surplombons un ravin dans lequel il vaudrait mieux ne pas glisser, mais ce passage ne dure que quelques centaines de mètres. Au bout de 3h de marche nous voici redescendus au village et nous faisons le tour des kasbahs du village, des maisons fortes qui servent pour le stockage des récoltes certaines vieilles de 400 ans avec des murs en pierre assemblées avec des techniques parasysmiques, et de l’ancienne casbah au milieu des pommiers et des jardins. enfin rentrés nous plongeons dans la douche et nous nous insatallons devant le traditionnel thé à la menthe pour un repos bien mérité!

Dimanche 10 novembre :

Ce matin nous quittons la famille de Lahcen après de nombreuses bises aux enfants! Nous descendons la route qui longe le Dadès jusqu’aux gorges célèbres qui commencent à nous rapprocher du tourisme marocain. Pour profiter au maximum nous descendons les lacets des gorges à pied en environ 1/2h, ce paysage le mérite bien! Nous descendons la vallée des kasbahs jusqu’à Ait Youl, et entre 2 maisons nous prenons un chemin qui au sortir des maisons se transforme en piste qui remonte sur les hauteurs. De nouveaux paysages sauvages s’offrent à nous jusqu’à un plateau avec de petits gorges encaissées qui abritent des grottes troglodites habitées par des nomades : Nous rencontrons une famille qui nous offre un thé à la menthe chez eux, le grand père, et deux de ses petites filles nous font profiter de l’hospitalité berbère. La grand mère dort dans l’enclos des animaux allongée contre le mur. Le contact est difficile par la difficulté de la langue, mais manifestement ils sont heureux de nous accueillir. un autre mode de vie! La route nous emmène jusqu’à Bou Thraghar que nous traversons pour remonter en direction du col qui nous attend. Arrivés à Almdoun le gite nous attend et nous déchargeons les valises pour reprendre la voiture, traverser des gorges somptueuses sur une piste et grimper les lacets vertigineux jusqu’au tizi-n-Ait-Hamed à 3001m d’altitude! Un vent glacial et plutot violent nous y accueille mais la vue est impressionnante, nous sommes au pied du M’Goun qui culmine à 4071m !. Nous redescendons dans la vallée pour retrouver les gorges que nous retraversons en sens inverse mais à pied cette fois pour se dégourdir un peu pendant 45mn. Le gite nous reçoit évidemment avec un thé à la menthe… Altitude affichée à l’entrée : 1750m tiens comme le Mezenc!  Après une toilette rapide nous mangeons une soupe d’orge suivie par un tajine de légumes et… une verveine! Youssef nous refait son tour du couteau qui nous ébahit une nouvelle fois, et après une partie de cartes nous allons dormir!

Lundi 11 novembre :

Départ du gite pas très reluisant à 9h30, nous n’en garderons pas un souvenir attachant. Nous traversons des haut plateaux vzers 2000m d’altitude sur une piste assez cahotique. Puis nous bifurquons vers la montagne pour rejoindre un col surplombant une vallée verdoyante le long de l’oued qui l’irrigue. La descente est vertigineuse et nous la faisons à pied. Un tracteur qui travaillait sur la route prend des risques pour laisser passer le 4×4. En descendant la vallée nois traversons des villages dont les façades se confondent avec la roche ambiante. De vallées en plateaux nous descendons rejoindre la grande route à Skoura. Le calme de la montagne cède la place au tumulte de la civilisation urbaine. Nous visitons la kasbah de Amridil, puis nous traversons la palmeraie de 27km2. La nationale 10 nous offre un vrai bon goudron! Nous voici arrivés à Ouazazate où la résidence Afoulki et Brahim nous offre un thé à la menthe et des petits gateaux. Un petit tour au centre ville nous fait découvrir le souk et les places animées du centre. Un petit égarement rectifié par un taxi à 30 dirhams (3 euros) pour nous 5 nous ramène à la résidence. La table d’Afoulki est digne de sa réputation: petite mise en bouche parfumée d’aubergines tiedes, salade variée plus que copieuse suivie d’un excellent tajine de boeuf aux oignons et pruneaux épicé comme il se doit, et enfin une coupe de fruits et yaourt a fait bien plus nourrir tout le monde!et maintenant, bien repus, dodo!!

Mardi 12 novembre :

Réveil à Afoulki, et petit déjeuner plus que copieux! Nous sortons « de table » vers 10h! Nous descendons une centaine de metres pour aller dire bonjour à l’association Horizon des Handicapés, et l’accueil est encore à la hauteur de l’hospitalité berbère! Aitman, Abdelmalik et toute l’équipe nous recoivent comme toujours comme des princes. Nous prenons le temps de visiter tous les ateliers, rencontrer tout le monde, et prendre le thé avec Abdelmalik et Aitman qui nous donnent les dernières nouvelles de l’assocaition. Après cette rencontre nous descendons à la kasbah de Taourit et visitons avec un guide le ksar. Déjà 13h30 et nous allons manger de manière toujours aussi copieuse!

Cet après midi nous allons visiter l’oasis d Findt, perdue au milieu d’un plateau au fond d’une gorge, findt signifiant « cachée ». Nous marchons au milieu des palmiers, fruitiers et cultures de toutes sortes puis nous buvons un thé chez notre guide. Nous revoilà chez Afoulki pour un rendez-vous financier avec Brahim! Ce soir c’est pastilla au menu!!!

Mercredi  13 novembre :

Lever tranquille ce matin pour un départ à 9h30. Nous prenons la route pour repartir dans la montagne (encore!) direction Ait Ben Addou puis la kasbah de Telouet, mais avant nous faisons halte aux studios Atlas pour visiter quelques décors de cinéma, c’est assez amusant et ca rappelle des scènes de films vus et parfois revus. Nous reprenons la voiture pour une cinquantaine de km pour rejoindre la kasbah de Telouet : il s’agit de la kasbah du Glaoui de Marrakech, famille princière qui eut son heure de gloire dans l’histoire de son pays. C’est aujourd’hui une presque ruine avec quelques pièces où il subsiste quelques restes de sa gloire passée comme des portes luxueuses, des mosaïques entières encore au mur qui laissent entrevoir de ce que fut cette maison. Ce lieu en ruine laisse une certaine déception dans l’âme dès qu’on imagine ce qu’on pourrait en faire avec un minimum de volonté de restauration. Un bon tajine au poulet et un autre au mouton nous redonnent l’énergie de repartir pour la kasbah de Ait ben Addou, autre haut lieu de l’histoire de la noblesse marocaine. Cette kasbah entourée de son ksar est une des plus belles du Maroc, elle a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco, et est utilisée régulièrement pour des tournages de films, et aujourd’hui en l’occurrence nous n’avons pu en voir que la moitié à cause d’un tournage en cours! De retour à Ouarzazate, nous nous restaurons avec des jus d’orange-avocat, et nous sommes rejoints par Abdelmalik avec qui nous échangeons « comme à l’apéro »! Petite rencontre avec Lahcen le comptable de la résidence, pour régler certains détails, et nous retrouvons notre table avec une délicieuse soupe aux fruits de mer, puis des brochettes boeuf-poulet-merguez avec des frites et petits légumes, encore un plat appétissant qui fait dire à table  à certaines « on verra après en rentrant! »

Jeudi 14 novembre :

Nous quittons Afoulki après avoir dit au revoir à tout le monde. Nous prenons la route à travers un terrain militaire d’entrainement au tir interdit au public sur une piste qui s’enfonce et grimpe rapidement dans la montagne. Nous retrouvons les sensations du 4×4 sur les pistes! Le frère de Brahim nous attend dans son village déjà accroché à la montagne pour nous offrir un thé à la menthe et le pain à partager avec miel, beurre, huile d’olive et amandes qui nous ferons patienter jusqu’à 16h avec 3 brindilles. A partir de chez lui nous retraversons l’atlas par une route bien goudronnée les 10 premiers kilomètres puis ensuite pour le goudron c’est 1m de large sur 100m tous les 500m! Mais le paysage est encore magnifique de vallées en cols l’atlas est décidément un pays sauvage qui se mérite! Après 3h de route nous retrouvons à Demnate la « morne plaine » de Marrakech dans laquelle la route ne serpente plus mais s’aligne sur un cap qui va droit vers la ville et vers une autre civilisation semble t il largement moins poétique que celle que nous avons croisé dans ces montagnes… L’auberge de jeunesse nous accueille aussi bien qu’à notre arrivée, une rapide installation et nous allons manger à côté de la gare routière où la communication avec les serveurs « dits civilisés patine un peu et s’avère des plus compliquée y compris pour la commande que pour la note! nous commandons des patates et on nous sert des petits pois au prix des carottes! Ça ne nous a pas empêchés de bien rigoler y compris pour le dessert ( 2 tablettes de crunch acheté dans la petite épicerie à côté et mangés à l’auberge!

Vendredi 15 novembre :

Lever à 7h, la météo a elle aussi compris que nous rentrions! il bruine à Marrakech! Youssef nous accompagne pour notre dernier trajet dans son 4×4 à l’aéroport, la séparation reste un moment quelque peu pétri « d’humanité », et nous voilà dans un hall grouillant de monde ayant tous un point commun : trainer de grosses valises! Les grosses valises, nous les posons à l’enregistrement, puis nous prenons le petit déjeuner avant de rejoindre la »gate » ou porte vers notre envol. Notre avion a une bonne heure de retard apparemment à cause des conditions météo que nous n’avons pas eu au Maroc! Durant le vol nous survolons une mer de nuage qui s’ouvre au dessus du massif central pour nous laisser voir la neige tombée la veille sur … la ville du Puy en Velay! Nous atterrissons en douceur sous une température un peu moins clémente que notre dernière semaine, le sol blanchi par la neige, et comme nous avons passé du bon temps ensemble nous en profitons pour faire un détour vers chez François pour récupérer la remorque de Marcel et rentrons par le chemin des écoliers pour faire durer le plaisir d’être ensemble! A l’arrivée, Michel nous a préparé un repas que nous partageons en racontant quelques unes de nos péripéties de voyage, puis raisonnablement nous rentrons pour retrouver notre lit!

13 réponses à Novembre 2019

  1. Evelyne dit :

    Voyons si ça marche ! !!!!!!!

  2. Martine Créhange dit :

    Hâte de voir les premières photos

  3. Michel dit :

    Ben oui ça marche, mais j’en voudrais un peu plus!
    Peut-être suis-je un peu impatient?
    Biz et beau et bon voyage.

  4. chacha dit :

    Hé coucou, vous êtes contents de votre séjour.
    L’appareil photo d’Alain chauffe !!! Il n’arrête pas……environ 200 photos déjà !
    Au fait, il n’a pas l’air de faire chaud dans ce pays ? Vous avez les blousons et les écharpes ; don autant vivre à St Martin !
    Tu me rapporteras un tout  » petit caillou  » de l’atlas et choisi le avec Eveline

    La bise et bonne fin de journée

    chacha

  5. Michel dit :

    Ce que je vois sur les photos est magnifique, ça ma fait un peu regretter de ne pas être avec vous; mais il vaut mieux que je ne vous embarrasse pas car même si mon pieds va un peu mieux (flector) ce n’est quand même pas tout à fait le pied.
    Mes chiens sont sages (Opus en a un peu mare).
    Profitez à fond des merveilles de votre voyage.
    Bises
    Michel

  6. évelyne dit :

    Paysages toujours aussi beaux et grandioses.
    Le vrai Maroc !!!

  7. alain-roux43.org dit :

    merci a tout le monde pour ces beaux commentaires! Ne vous inquietez pas pour vos commentaires, il faut pour les differencier des robots qui infectent que je les valide, c’est pour ca que vous ne les voyez pas tout de suite! comme nous n’avons pas toujours de connexion internet là haut en montagne je ne peux pas valider tous les jours!! en tout cas c’est encore dix fois plus beau que ce que j’imaginais!!!!

  8. Evelyne dit :

    Coucou, je vois que votre séjour se poursuit agréablement et que le soleil est bien présent. Vous comprenez pourquoi je ne me lasse pas de retourner encore et encore dans ces montagnes et vallées perdues…. C’est tellement beau et grandiose et le peuple berbère tellement accueillant…
    La pastilla me fait très envie. Je vais me contenter d’un p’tit thé à la menthe fait maison comme là-bas…
    Bonne soirée

  9. Falgon dit :

    A l’instant nous venons de partager ,à distance, votre magnifique voyage au Maroc . Merci pour ces superbes photos, nous vous attendons à Bordeaux . Bisous à tous les deux. Raymonde et Rene

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *